Séniors

Fed2 :contre Plaisir, à chacun sa mi-temps

Plaisir-7118.jpg

 

Après la victoire à Orléans et avant le déplacement au Rheu de dimanche prochain, Courbevoie recevait Plaisir ce dimanche. Plaisir, un équipe qui ne fait pas beaucoup de bruit mais pensionnaire depuis plusieurs années de la Fédérale 2 et qui comptait avant ce match un bilan équivalent à celui de Courbevoie.

On le sait, dans cette poule, à part Beauvais et Marcq, toutes les équipes se valent, on pouvait s’attendre à un match très serré, et bien ce ne fut pas du tout le cas tant l’entame, et même l’ensemble de la première mi-temps fut à l’avantage des locaux. A commencer par 4 pénalités concédées dans les 10 premières minutes, dont deux seront passées par le buteur Courbevoisien (4e,6e 6-0), dans le même temps les blocs de sauts des lévriers volent deux ballons en touche, Plaisir n’arrive pas à quitter ses 40 m, continue à se mettre beaucoup trop à la faute, l’arbitre sévit en distribuant deux cartons successifs aux joueurs des Yvelines (15e et 18e pour plaquage dangereux). Cette infériorité sera fatale aux visiteurs qui verront par deux fois les lévriers franchir la ligne d’essai pendant ce laps de temps ( 21e suite à un long temps de jeu, 28e essai plein d’opportunisme suite à un coup de pied contré au niveau des 40 m).

Plaisir est KO, menés 20-0 après une ½ h de jeu, tout sourit au RCC, qui continue à attaquer même si les deux formations sont de nouveau à 15. Sur une relance initiée depuis nos 22, nos deux ailiers sortent un numéro de grande classe en inscrivant un nouvel essai (32e, 27-0), ils remettent le couvert  quatre minutes plus tard (36e, 34-0). Dans les dernières minutes de cette première mi-temps, Plaisir se montre pour la 1ère fois dangereux et campe devant la ligne d’enbut de Courbevoie. Comme Plaisir en début de match, Courbevoie se met à la faute, mais si ils n'encaissent aucun point, sont sanctionnés par deux fois d’un carton blanc après la 40e minute.

 

Courbevoie attaque donc la seconde période avec un avantage confortable de 34 points mais seulement à 13 contre 15. Plaisir commence cette seconde période comme ils avaient terminé la première, en s’installant dans nos 22. Suite à une énième penaltouche, Plaisir ouvre son compteur avec un essai en force de ses avants (46e, 34-5). Courbevoie est maintenant fortement dominé, et si les avants des Yvelines sonts puissants, nos lévriers résistent tant bien que mal. A l’heure de jeu, Plaisir reste avec 5 points au compteur, mais Courbevoie est de nouveau sanctionné de deux carton successifs ( un blanc et un jaune) qui font qu’ils se retrouvent de nouveau à 13 contre 15, la défense bleu et jaune craque une nouvelle fois (70e, 34-10), puis écope d’un nouveau carton jaune pour un plaquage cathédrale (72e). Plaisir inscrira deux nouveaux essais dans les dernières minutes  pour un score final de 34 à 22 pour Courbevoie.

 

Un match étonnant dans son scénario qui au coup de sifflet final laisse une pointe de déception chez les vainqueurs alors qu’ils viennent d’obtenir quatre points importants avant les prochaines joutes hivernales contre Le Havre et Marcq après le déplacement au Rheu.

 

L’équipe B s’incline 20-25 malgré une bonne fin de match.

Fed2 : un match nul qui vaut bien une victoire face à Chartres

Chartres-9749.jpg

 

Après St-Denis la semaine dernière, deuxième rencontre consecutive à JP Rives avec la venue de Chartres ce dimanche. Si la pluie était tombée sans dicontinuer depuis la veille au soir, petit miracle pour les matchs de l’après-midi, pas de pluie, mais un terrain bien lourd et du vent.

Chartres présentait une équipe avec de gros gabarits et arrivait à Courbevoie avec déjà trois victoires au compteur (Gennevilliers, PUC et Le Havre)

Un peu contre le cours du jeu, c’est Courbevoie qui va mener assez rapidement grâce à deux pénalités de Bajart (6e et 34e, 6-0) tandis que le buteur de Chartres est moins en réussite ( deux penalités ratées). Mais c’est donc Chartres qui domine,et si au niveau de la touche, Courbevoie assure ses conquètes et vole même quelques ballons , en mêlée, sur ce terrain glissant, les kilos supplémentaires de joueurs de l’Eure et Loir font la difference.

 Chartres campe dans les 22 de Courbevoie mais n’arrive pas à scorer, Courbevoie est toujours à la limite et commet des fautes ( carton blanc à la 18e pour plaquage haut) mais tient bon, puis c’est au tour de de Chartres d’écoper d’un carton (31e), et c’est donc à 14 que Chartres ouvrira son compteur suite à une énième penaltouche bien conclue par un essai sous les poteaux d’un ¾ centre de Chartres (38e, 6-7). Courbevoie dominé, mais réaliste obtient un nouvelle penalité avant la pause ce qui lui permet de rentrer aux vestiaires en menant 9-7.

Les joueurs de Chartres ont dû se faire remonter les bretelles pendant la pause, car ils reviennent sur le terrain avec plus de détermination, avec un rugby simple mais efficace : appuyer où ça fait mal, les mauls suite à des touches. Avec un premier essai de pénalité pour maul écroulé (45e, 9-14), un deuxième sur une pénaltouche suivi d’un maul (59e, 9-19) puis un troisième suite à un ballon perdu après une sortie de mélée (69e, 9-26).

A 10 minutes de la fin, menés de 17 points, alors que les remplacants de Chartres sont aussi costauds que les titulaires, cela semble perdu. Mais c’est à ce moment là que Courbevoie retrouve son jeu fait de vitesse et de prises d’initiative pour marquer un premier essai en coin par son talonneur (73e, 16-26).

Quatre minutes plus tard, une penalité à 40 m permet d’obtenir le point de bonus défensif (77e, 19-26), et c’est à l’ultime minute du match que Courbevoie grâce à un essai en coin transformé que nos lévriers arrachent un match nul inesperé.

Ce n’est certes qu’un match nul, mais à la fin du match, les sourires sont presents côté jaune et bleu, tandis que c’est la soupe à la grimace chez les visiteurs. C’est au mental que Courbevoie a su arracher ces points précieux pour la suite de la saison et en retrouvant son rugby qui avait fait merveille la saison dernière.

La reserve s’impose 34-12 et empoche le point de bonus offensif.

Repos la semaine prochaine, puis déplacement le 10 novembre à Orléans.

Fed2: Courbevoie vainqueur dans la douleur

Sarcelles-8317.jpg

Rémi Mousseau, auteur du second essai des lévriers

 

Après deux matchs (deux défaites) contre des équipes visant le haut de tableau (Gennevilliers et Beauvais), la venue de Sarcelles, que Courbevoie avait éliminé l’an dernier en ¼ de finale de championnat de France, était l’occasion de renouer avec la victoire.

 

Mais depuis les phases finales de Fédérale 3, les choses ont évoluées, Sarcelles s’est encore renforcé, a changé son staff et présente une équipe capable de répondre physiquement aux exigences de la Fédérale 2. Courbevoie doit lui faire face à un nombre important de blessures et se trouve donc diminué avant cette rencontre.

 

Oubliée la chaleur de la fin fin d’été,c’est sous un temps automnal que s’est disputé ce match, avec un vent important en faveur de Sarcelles en 1ère mi-temps.

 

Le début de match se résuma à un duel de buteurs qui tenterent de  convertir les nombreuse fautes des deux équipes souvent liées aux nouvelles règles (plaquages à la ceinture, pas de plaquage à deux, pas de percussion la tête en avant). A ce petit jeu, Geoffrey Bajart (12e-21e) fait mieux que son vis à vis (1 seule pénalité réussie à la 16e) et permet à Courbevoie de mener 6-3 à l’entame des dix dernières minutes de la première mi-temps. Mais un carton contre Courbevoie fera que les dix dernières minutes nos lévriers joueront en infériorité numérique, c’est pendant ce laps de temps que les joueurs du 95 passeront devant, d’abord à la 34e suite à une cocotte de 30 m sur  une touche (6-10). Courbevoie de son côté perd deux ballons pourtant gagnés dans les airs et c’est suite à une nouvelle touche au niveau des 22 de Courbevoie, que Sarcelles inscrira un second essai et retournera aux vestiaires en menant 17 à 6.

 

La seconde période permet à Courbevoie de recoller au score grâce à Bajart (42e,44e, 12-17). Courbevoie résiste aux offensives de Sarcelles qui privilégie l’affrontement direct au jeu de mouvement, mais cette phase de domination reste stérile, c’est au contraire Courbevoie qui sort vainqueur et qui dès son retour dans le camp adverse profite d’une faute adverse pour que Bajart, toujours lui, inscrive une cinquième pénalité et permet à Courbevoie de revenir à deux points de Sarcelles (57e, 15-17), Courbevoie a enfin remis de la vitesse dans son jeu et c’est avec cette vitesse que nos lévriers inquiètent Sarcelles. 

Courbevoie doit de nouveau jouer en infériorité (63e) mais reprend l’avantage au score suite à un pénalité à 40 m des poteaux adverses (65e, 18-17).

C’est la bonne période pour Courbevoie qui inscrit un 1er essai par Timothé Goédard bien lancé et inarrêtable suite à une touche au niveau des 22 adverses (31e, 25-17). Quatre minute plus tard, c’est au tour de l’ailier Rémi Mousseau de s’intercaler dans la ligne des trois-quarts et d’aller inscrire un superbe essai. Malheureusement il se blesse gravement au moment où il est plaqué. Son évacuation par les Sapeurs-Pompiers arrêtera le match pendant de longues minutes. Menés 32-17, sarcelles mettra toutes ses forces dans les cinq dernières minutes pour revenir au score et obtenir le point de bonus défensif (pénalité à 77e, essai transformé à la 80e).

 

Score final 32-27 pour Courbevoie.

 

L’équipe B a été à deux doigt de décrocher sa première victoire, mais un essai de pénalité à la dernière minute à permis à Sarcelles de faire match nul (12-12). Tout les points de Courbevoie ont été inscrits sur coup de pied de pénalité, Sarcelles, plus puissant, mais aussi plus indiscipliné a inscrit deux essais.

 

Prochain match le 13 octobre avec un déplacement chez les Parisiens du PUC.

Fed2 : un premier quart d'heure fatal face à St-Denis

Fed2_20 oct-5538.jpg

Malgré beaucoup d'envie Timothé Goédard et Courbevoie n'ont que trop peu franchit la défense Dyonisienne

 

Moins d’enjeu que l’an dernier pour cette confrontation Courbevoie-St-Denis, on ne joue plus pour le leadership de la poule, mais pour glaner le maximum de points rapidement afin de garantir au plus tôt le maintien.

 

Et pour ce match aller c’est Saint-denis qui au pris le dessus dès le début du match en inscrivant dès le début du rencontre deux essais coup sur coup (12e et 16e), deux essais sur du jeu au large en profitant de la vitesse de son ailier puis de son troisième ligne aile suite à un up&under ont fait que les joueurs du 93 menaient 14-0 après moins de 20 minutes de jeu.

Courbevoie attendra le dernier quart d’heure de la première mi-temps pour lancer enfin une belle offensive et bénéficier d’un pénalité à 25m en face des poteaux (26e, 3-14).

St-Denis commet beaucoup de fautes, et c’est le pilier du SDUS qui paie la note avec un carton (30e).

Le jeu s’anime, avec beaucoup de turn-overs, mais Courbevoie n’arrive pas à franchir la défense de St-Denis. Au contraire, St-Denis reprend ses 14 points d’avance suite à une pénalité à 38m des perches (35e, 3-17). Il faudra attendre la 39e minutes pour voir un véritable franchissement par l’intermédiaire de Vasseur pour voir enfin Courbevoie se montrer dangereux. St-Denis se faisant pénaliser, Courbevoie concrétise ce temps fort par une pénalité (39e, 6-17).

 

Avec le vent favorable en seconde période, on se dit que Courbevoie peut revenir, mais au contraire St-Denis s’échappe avec deux nouvelles pénalités ( 49e et 52e, 6-23). Courbevoie n’abdique pas et suite à une penaltouche vient inscrire son premier essai de la partie (56e, 13-23)

 

Tout reste possible, mais une pénalité échoue sur le poteau (70e) tandis que St-Denis ne rate pas l’occasion d’asseoir sa victoire(77e, 13-26) sans permettre à Courbevoie de décrocher le point de bonus défensif. 

La fin de match sera à l'avantage de Courbevoie, mais cette domination restera stérile.

Victoir logique de St-Denis sur le score de 26-13, mais Courbevoie pouvait espérer mieux tout de même.

 

L’équipe B s’impose sur le score de 25 à 12 en envoyant plus de jeu que leurs adversaires du jour.

 

La semaine prochaine réception de Chartres à JP Rives

Fed2: article du Parisien après Beauvais-Courbevoie

 

 Stade Pierre-Brisson (Beauvais), ce dimanche. Noam Tramon a inscrit trois des quatre essais beauvaisiens à l’occasion de la victoire devant Courbevoie.
Stade Pierre-Brisson (Beauvais), ce dimanche. Noam Tramon a inscrit trois des quatre essais beauvaisiens à l’occasion de la victoire devant Courbevoie.  LP/Anthony Yatkin
 

 

Le 22 septembre 2019 à 20h05

Il a réussi ses grands débuts. Venu des Espoirs de Carcassonne (Pro D 2) cet été, Noam Tramon a profité ce dimanche de sa première apparition pour inscrire trois des quatre essais de Beauvais. Ce talonneur de 22 ans a donc largement contribué à la victoire bonifiée (36-13) du prétendant à la montée contre le promu Courbevoie.

« Ça fait plaisir, j'ai fait de bonnes courses, eu de la réussite. Après, c'est aussi un gros travail collectif », sourit celui qui a débuté le rugby à 10 ans dans sa ville natale, Saint-Quentin (Aisne). Il était alors… 3e ligne aile. Ce n'est que cinq plus tard qu'il devient talonneur. Tramon (1m80, 105 kg) venait d'intégrer les catégories de jeunes de Massy (Féd. 1) et le Pôle espoir du lycée Lakanal, à Sceaux (Hauts-de-Seine), l'un des dix centres de formation d'excellence de la Fédération Française de Rugby.

Un titulaire en puissance

« On m'a dit que j'étais trop petit pour jouer 3e ligne, confie-t-il. J'ai donc dû apprendre les lancers de touche. Cela m'a pris facilement deux saisons pour réussir à trouver le bon timing. » Mais le joueur, qui a également gagné un titre de champion de Picardie de… lancer de marteau quand il était au collège, réussit à s'adapter et intègre les espoirs du Stade Français (Top 14) en 2016. L'année d'après, il enchaîne avec ceux de Narbonne (Fed. 1) puis de leurs homologues de Carcassonne (Pro D 2) la saison passée, où il n'a pas été conservé.

« Les clubs pros aident beaucoup les jeunes internationaux, souffle-t-il. Ce n'était pas mon cas, les suivis humain et scolaire n'étaient pas à la hauteur. J'ai dû faire mon BTS Management des Unités Commerciales en alternance. C'était compliqué de suivre le rythme. Il y avait également beaucoup de concurrence. J'étais le cinquième talonneur, ils n'en prenaient que trois ou quatre en équipe fanion. » Cette situation, il ne devrait pas la vivre à Beauvais. Le coach des avants, Esteban Devich, est prêt à en faire un titulaire. « Noam a beaucoup de gaz, conclut ce dernier. Il nous apporte de la vitesse et de l'envie. Il a vraiment fait un bon match ! »

BEAUVAIS – COURBEVOIE : 36-13 (16-6).

Spectateurs : 500. Arbitre : M.Lustière

LES POINTS : Beauvais. Quatre essais : Tramon (39e, 60e, 70e), Legent (75e) ; deux transformations : Drahonnet (39e, 60e) ; trois pénalités : Drahonnet (3e, 26e, 57e) ; un drop : Drahonnet (7e). Courbevoie. un essai : Rezoagli (66e) ; une transformation : Bajart ; deux pénalités : Bajart (30e, 34e).

Ville