U18

U18 : Mal au SCUF

On va tout de suite évacuer cher lecteur, les excuses bonnes ou mauvaises, pour expliquer cette nouvelle défaite face au SCUF.

Le terrain impraticable à Courbevoie, a empêché nos juniors de s’entrainer toute la semaine précédant le match. Ils étaient aussi contraints de jouer non pas à domicile à Jean Pierre Rives mais sur le terrain synthétique du SCUF ce match retour. Cette inversion peut-elle avoir eue une légère incidence psychologique ? Mais jouer face à une équipe plus mal classée a sans doute eu un plus grand (mauvais) effet psychologique. Après deux belles prestations face au PUC et Suresnes, leaders de la poule, nos juniors ne se sont-ils pas vus un peu trop beaux en laçant leurs crampons du côté de la Porte Pouchet ?

Car le SCUF n’a pas volé son succès, en sachant résister en première période, n’encaissant qu’un seul essai sur un bel enchainement du RCC. Ce 7-0 n’a d’ailleurs dû que conforter nos juniors dans l’idée que ce match allait être plus simple à négocier que les deux derniers.

Mais cette rencontre très débridée, agréable à regarder, où chacune des deux équipes profitaient des erreurs de l’autre, n’a jamais basculé en faveur des Lévriers. D’autant que le SCUF est vite revenu au score sur essai.

En seconde période, Courbevoie a grandement subi et a même concédé une exclusion temporaire dans ce combat défensif. Le SCUF a su en profiter pour inscrire un second essai et mener 13-7.

En fin de match pourtant le RCC aurait pu gagner. Sur un temps fort d’abord dans les 5m du SCUF, une fusée bleue s’arrachait pour aplatir, mais sur un…ventre parisien. Premier sauvetage. Sur la mêlée qui suivait, deuxième fusée Bleue partie pour parcourir les 5m qui la séparait de l’en-but, mais elle était attendue par un sacré comité d’accueil. Excès de confiance encore ? Une passe pour décaler un copain lancé aurait été en tout cas la bienvenue.

Au coup de sifflet final (7-13), on pouvait lister les évidences, après les excuses.

Les deux équipes ont beaucoup progressé depuis le début de la saison et le match aller. Pourtant elles restent en bas de classement, mais le RCC reste devant ! Le championnat reprendra ses droits fin mars.

U18 : Unis dans le Derby

Ce sera l’une des images de ce derby, les juniors de Courbevoie tournés vers la butte qui surplombe le terrain synthétique de Suresnes et applaudissant leurs nombreux supporters.

Ils venaient de s’incliner (11-6) et c’était beau de voir les parents (dont pour certains les fils ne jouaient pas), des dirigeants et éducateurs d’autres catégories venus en voisins donner de la voix, les applaudir à leur tour pour les féliciter du gros match qu’ils venaient de livrer face à Suresnes. Un très beau moment dont la « Greyhound Family » peut s’enorgueillir.

Comme tous les derbys, le match fut engagé et plutôt correct, malgré la rafale de cartons jaunes (3) sortis par le jeune arbitre, et détail amusant, adressés aux 3 Paul de l’équipe.

Il faut dire que le RCC a dominé une fois de plus en mêlée, a proposé du jeu dans ce match de très bonne qualité, dans lequel nos Lévriers se sont livrés à 100 pc pour finalement s’incliner d’un rien, comme au match aller, face au deuxième du classement.

C’est l’issue du match et non son contenu qui a de quoi décevoir nos juniors qui ont quasiment mené tout le match au score grâce à deux pénalités transformées avant de craquer, comme la semaine dernière face au PUC, ratant cette fois encore un retentissant succès face à un « gros » de la poule.

Nos « P’tits Bleus » empochent le point du bonus défensif. Encore un point de pris, le 9e lors des 4 dernières rencontres, mais ils savent que pour évacuer la frustration avant la longue trêve qui se profile, un succès face au SCUF dimanche prochain s’impose. Et une fois encore, ils pourront compter sur le soutien de leurs supporters.

U18 : Un RCC massif

Après 3 matches nuls et 5 défaites, nos lévriers ont enfin remporté leur première victoire en championnat face aux parisiens de Massif Central ! Et quelle victoire, bonifiée grâce aux 6 essais inscrits (score final 34-5).

C’est comme si tout ce qui avait été travaillé et répété depuis des semaines prenait forme. Comme une machine dont les rouages auraient été huilés et qui se mettrait à tourner plein régime sans connaitre de ratés. Ce match retour n’a du coup en rien ressemblé à celui de l’aller, lorsque nos lévriers avaient arraché le match nul (10-10) sur une dernière pénalité. Cette fois, excepté peut être dans les 10 premières minutes, Massif Central n’a pas existé.

Il faut dire que le RCC alignait une équipe quasi au complet avec ses 5 joueurs double-licence. Notre mêlée était plus forte. Nos sauteurs en touche ont été impériaux. Et, pour une fois, nos arrières se seront amusés, et pas qu’à défendre le couteau entre les dents. On les a vus jouer leurs combinaisons, se faire des passes au cordeau, jouer à cache-ballon, bref, ils ont offert un feu d’artifice offensif. Bien soutenus par une 3e ligne de feu. Le score aurait pu être plus lourd si dans l’euphorie de la fin de match certains ne s’étaient pas pris pour des Harlem Globetrotter du rugby en tentant des Chistera plutôt que de privilégier le geste simple (suivez mon regard Résultat de recherche d'images pour "smiley"  ).

Rien de mieux qu’un succès bonifié avant d’affronter coup sur coup les deux premiers du classement, PUC et Suresnes. Pas « d’enflammade », mais il faut capitaliser sur les points marqués (5), ce rapproché au classement, et sur ces bons moments passés ensemble pour retourner dès mardi à l’entrainement avec l’envie de mieux faire encore.

 

 

 

 

 

U18 : Si proche de l’exploit

 

U18_PUC-6947.jpg

 

 

Recevoir le leader de la Poule, le PUC est toujours une épreuve du feu.

Sonnés par un essai dans les premières minutes du match, sur un coup de pied rasant en profondeur dans le dos de la défense et repris par l’arrière Puciste lancé plein gaz, on pouvait d’ailleurs craindre le pire pour les Bleus de Courbevoie.

On se rappelait alors les 50 points encaissés à La Cipale au match aller.

Mais très vite les Lévriers montraient les crocs et prenaient confiance au fur et à mesure que les débats s’équilibraient. Avec une pénalité compliquée réussie, Courbevoie arrivait à la pause avec un retard de 2 points seulement, 3-5.

La seconde période ressemblait à un match de boxe dans lequel il fallait rendre coup pour coup, du moins au tableau d’affichage. D’abord le RCC qui prenait l’avantage sur une nouvelle pénalité, 6-5. Avant que Le Puc repasse devant au score grâce à un essai en force après plusieurs tentatives (6-10).

Quelques instants plus tard allait survenir le bijou de la soirée. Alors que les lévriers campaient dans les 5 mètres du Puc depuis un moment sans parvenir à marquer, Tom tenta une passe aux pieds dans l’en-but, côté opposé, pour Ulysse qui lancé comme un frelon plongea à l’horizontal pour attraper le ballon et l’aplatir malgré le retour d’un défenseur. MA-GNI-FI-QUE !

Avec la transformation en coin réussie, Courbevoie prenait l’avantage 13-10 et le doute s’installait dans le camp Puciste, sur le terrain, mais aussi dans les tribunes. Il devenait carrément palpable lorsqu’incapables de marquer après un long moment de pilonnage dans les 5 mètres de Courbevoie, les parisiens décidaient finalement de prendre les points au pied face aux poteaux.

Aveu de faiblesse ? Calcul payant ?

A 13-13 on se disait que nos juniors allaient engranger un 4e match nul !!!!!

Il ne reste que 2 minutes à jouer, il fait froid, le terrain est lourd, les organismes fatigués, deux placages manqués et un violet s’extirpe et s’offre un dernier rush et essai en coin qui fusille les illusions de nos Lévriers, score final 13-18.

A voir la joie des joueurs parisiens et celle de leurs supporters (« c’était pas la finale de la Coupe du Monde les gars ») on aurait cru que c’était le PUC qui avait réalisé l’exploit. Ne nous trompons pas, 30 points séparent les deux équipes au classement, et c’est bien les Juniors de Courbevoie qui doivent se convaincre définitivement de leur potentiel avant de se déplacer à Suresnes la semaine prochaine. Déjà 8 points de glaner lors des 3 derniers matches, la remontée au classement est lente mais les progrès sur le terrain immenses.

U18 : Les rois du nul 😊

Les résultats nuls en rugby ne sont pas légion. Pourtant, nos juniors ont signé face à Marcq-en-Baroeul un 3e match nul en 8 rencontres de championnat !

C’est leur truc le match nul. Avec les mêmes sentiments, les mêmes analyses d’après matchs nul qui vous envahissent.

Sont-ce deux points de gagné ou deux points de perdus ?

Cette fois encore, votre serviteur se dit qu’avec un peu de patience dans les moments de domination, plutôt que l’utilisation systématique -ou presque- du coup de pied, nos Juniors auraient pu l’emporter. Car comme souvent, c’est dans ces temps forts et à quelques mètres de l’en-but adverse que Courbevoie bafouille son rugby, ou choisit l’option la plus compliquée.

Sauf sur cet essai en seconde période, où nos avants sont allés marquer en force après une belle séquence de domination.

Hélas, ces 5 points ne suffisaient pas pour s’éviter une défaite.

Alors, quand sur la dernière action du match, l’arbitre accordait une pénalité à nos lévriers, on se disait qu’après tout, on empocherait bien les deux points du match nul tout de suite et que l’on reprendrait nos analyses au comptoir du Club House juste après.

Mais, le spectre de Suresnes revint immédiatement dans les têtes. Et surement dans celle de Tom qui rata à la dernière seconde la pénalité de la gagne ce jour-là. Cette fois, à une quarantaine de mètres face aux poteaux, il ne rata pas la cible. Quelle résilience, quel tempérament. Bravo pour ça… et bravo à tous pour ce match nul (8-8) qui ne l’était vraiment pas.

D’autant que l’on se souvient du match aller dans le Nord et de la raclée reçue 45-7 nette et sans bavure. Ce résultat prouve bien les progrès effectués par nos lévriers.

Encore un mot pour évoquer l’ambiance dans les tribunes du stade Jean Pierre Rives, toujours particulière et bon enfant lorsque l’on reçoit «♫ les gens du Nooooord ♫».

Tambour, perruques, et…boissons à volonté. Bières et Vieille Prune servies dans des verres à pied, le clan des papas du RCC a pu ainsi rester au chaud malgré le froid.

Félicitations aux chtis pour la logistique, et le bon esprit.

Joyeuses Fêtes à tous.